Statue de la Liberté

La Statue de la Liberté est sans doute l'un des monuments les plus emblématiques des États-Unis. Elle a été érigée sur une petite île de la baie de New York : le Liberty Island.

Cette statue monumentale a été offerte aux États-Unis par la France, à l'occasion de la commémoration de l'indépendance américaine. Elle symbolise non seulement l'amitié qui unit les deux nations, mais également la démocratie et l'émancipation vis-à-vis de l'oppression.

Sa magnificence et ce qu'elle représente dans l'histoire lui ont valu une place sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO et sur la liste finale de l'élection des 7 nouvelles merveilles du monde en 2007.

1. Le projet de construction de la Statue de la Liberté à ses débuts
2. Comment a été construite la Statue de la Liberté ?
3. L'acheminement de la Statue de la Liberté vers New York
4. Les travaux de rénovation de la Statue de la Liberté

Le projet de construction de la Statue de la Liberté à ses débuts

Statue de la Liberté

Le 21 avril 1865, de fervents admirateurs des États-Unis qui se proclament républicains ont tenu une réunion dans la commune de Glatigny, dans la Moselle en France. À l'ordre du jour : la commémoration de l'abolition de l'esclavage dans le pays.

Édouard de Laboulaye, professeur au Collège de France, politicien et organisateur de la réunion a fait un discours qui a retenu l'attention de l'assemblée. Il a suggéré la construction d'une statue monumentale à offrir aux États-Unis pour symboliser l'amitié entre les deux pays.

Il a donc proposé à son ami et sculpteur d'origine alsacienne Auguste Bartholdi de prendre en main la réalisation du projet. Ce dernier travaillait déjà sur un projet de construction de statue à ériger à l'entrée du canal de Suez afin de valoriser le génie français. La destination du monument fut donc changée pour les États-Unis.

Mandaté par les financiers français en 1871, Bartholdi a donc réalisé de nombreux voyages aux États-Unis afin de repérer le site d'implantation de la statue. Il a eu un coup de cœur pour Bedloe's Island à New York qui accueillait à ce temps-là le fort Wood, un bastion d'artillerie construit en granit.

Sherman, le représentant du Congrès américain a accepté sa proposition. Le fort a donc été détruit, mais ses fondations et ses pierres ont été conservées pour servir de socle pour la statue.

Statue de la Liberté

Pour concrétiser le projet, une collecte de fonds importante a été lancée en France en 1875 jusqu'en 1880. Les particuliers, les entreprises et les administrations françaises y ont contribué. Pour augmenter l'enveloppe budgétaire des travaux, la tête de la Statue de la Liberté a été exposée au champ de Mars, lors de l'exposition universelle de Paris en 1878. Elle était ouverte aux visites, moyennant de 5 centimes. Finalement, la somme récoltée à travers la collecte de fonds et les visites s'élève à 1 000 000 de francs.

Du côté des États-Unis, le projet a facilement obtenu un financement étant donné que l'objet de sa construction consistait à commémorer le centenaire de l'indépendance américaine. Le financement a donc permis de fabriquer quelques éléments de la Statue de la Liberté.

Pour prouver que le projet avançait, le bras tenant la torche a été envoyé en Amérique et exposé à Philadelphie pendant 5 ans avant d'être renvoyé en France pour être ajusté avec le reste du corps de la statue.

Le financement des travaux de construction du socle revenait à la charge des Américains. De nombreux entrepreneurs américains proposèrent leur aide, à condition que leurs noms soient inscrits sur le socle, mais Bartholdi s'y est opposé. Le chantier du socle était donc en panne de financement, alors que les travaux en France progressaient à grands pas.

En fin de compte, un célèbre journaliste américain, Joseph Pulitzer a convaincu la classe moyenne américaine de financer le projet de construction du piédestal destiné à accueillir la Statue de la Liberté.

Comment a été construite la Statue de la Liberté ?

Statue de la Liberté

Les travaux de construction de la Statue de la Liberté ont débuté en 1876. Bartholdi a alors prévu de la fabriquer avec des plaques de cuivre et la structure interne en dur maçonné et rempli de sable étant donné que la statue sera placée à proximité de l'océan. Finalement, la structure interne du monument sera fabriquée en fer forgé qui est un matériau plus léger et plus facile à travailler et tout aussi solide pour supporter la puissance des flots.

Les ouvriers sur place ont commencé les travaux en construisant une armature en bois prenant la forme de la statue. Une fois bâtie, elle est recouverte de plâtre pour qu'elle puisse servir de moulage en taille réelle de la statue à reproduire. Ensuite, un gabarit en bois solide était construit à partir du négatif en plâtre.

300 plaques de cuivres ont donc été utilisées pour ériger la statue. Elles provenaient des célèbres ateliers Gaget, Gauthier et compagnie. Le mécanisme de « repoussé » a été mis en oeuvre pour assembler les pièces sur le gabarit en bois. Autrement dit, les plaques de cuivre ont été travaillées à froid et en force sur le gabarit jusqu'à ce qu'elles prennent la forme voulue.

Ensuite, les plaques ont été polies puis ajustées pour que l'ensemble forme un seul élément de la statue. Tous les éléments ont été assemblés par des écrous invisibles. Lorsque la Statue de la Liberté arrivera à New York, les éléments seront rivetés entre eux.

La structure interne de la statue a été fabriquée par l'entreprise de Gustave Eiffel, le constructeur de la tour Eiffel. C'est ce dernier qui a décidé de remplacer la structure interne en maçonnerie prévue au départ en fer forgé, spécialité de ses ateliers. Selon l'ingénieur, la souplesse de ce matériau garantirait la pérennité à travers le temps. 120 tonnes de fer forgé et 300 000 rivets ont donc été utilisés pour la construction de la structure interne de la Statue de la Liberté.

Statue de la Liberté

Bartholdi a prévu de faire un premier montage de la statue à Paris avant qu'elle ne soit envoyée à New York. Lorsque la statue a été achevée en 1882, le sculpteur a voulu la conserver dans la ville. La Statue de la Liberté était donc le monument le plus haut de Paris étant donné que la tour Eiffel n'existait pas encore à cette époque.

La colossale structure métallique haute de 46 mètres domine alors le paysage de capitale parisienne pendant deux années jusqu'à ce qu'une cérémonie a été organisée pour officialiser le don que la France fera aux États-Unis, le 4 juillet 1884. Même si la capitale se targuait d'accueillir l'un des plus beaux monuments érigés en France, cette dernière se devait de respecter son engagement et les travaux de démontages de la Statue de la Liberté ont donc commencé en 1885.

Il faut savoir que le socle destiné à recevoir la statue était une construction 100% américaine. C'est l'architecte Morris Hunt qui s'est occupé du projet. Si la première pierre symbolisant le début des travaux a été posée en 1884, la construction du socle ne s'est achevée qu'en 1886. Néanmoins, les plans proposés par les ingénieurs en charge de la construction de la structure interne de la statue ont été respectés afin de faciliter le montage du monument.

Les pierres utilisées pour la construction du socle ont été extraites de la carrière Beattie, en Connecticut. Ces pierres sont très prisées pour leur excellente granularité et leur résistance à l'air marin. D'ailleurs, ce sont les pierres de cette carrière qui ont été utilisées pour la construction du pont de Brooklyn.

Techniquement parlant, le socle s'enfonce à plus d'une quinzaine de mètres sous l'Océan. Sa partie haute est constituée d'un balcon puis de deux rangées de poutres métalliques destinées à recevoir la structure interne de la statue.

L'acheminement de la Statue de la Liberté vers New York

Statue de la Liberté

Les travaux de démontage des 350 pièces formant la Statue de la Liberté ont été réalisés au mois de février 1885 en France. 210 caisses ont été mobilisées pour leur rangement. Les caisses ont donc été transportées au port du Havre via le train de la gare Saint-Lazare menant à Rouen.

Ensuite, les caisses ont été embarquées à bord d'un bateau naviguant sur la Seine jusqu'au port. C'est l'Isère, une frégate française, qui assurera l'acheminement des caisses contenant les pièces de la statue à travers l'Atlantique jusqu'aux États-Unis.

Outre l'équipage, Bartholdi et son épouse ainsi que les associés Gaget et Gauthier des ateliers éponymes se trouvaient à bord. La frégate a levé l'ancre le 21 mai 1885. Suite à quelques problèmes techniques, l'Isère a dû accoster à Horta, aux Açores le 27 jusqu'au 29 mai 1885.

C'est le 17 juin 1885 qu'elle est finalement arrivée à destination. Une foule immense ainsi qu'une assemblée de 90 bateaux de toutes les tailles ont acclamé l'arrivée de l'Isère à New York.

La Statue de la Liberté n'a pas été immédiatement montée après son débarquement. En effet, le socle destiné à recevoir la statue n'était pas encore terminé. C'est donc en 1886 que les travaux de montage de la statue ont commencé.

Cependant, les ouvriers en charge des travaux ont eu des difficultés à monter la statue par manque de place pour élever l'échafaudage d'une taille colossale sur un socle jugé trop étroit. Par manque de moyens, les pièces ont donc été montées une à une. Les accidents étaient fréquents au fur et à mesure que la statue s'élevait. De plus, les plaques de cuivre étaient assez lourdes.

Finalement, les travaux de montage se sont achevés et la Statue de la Liberté a été inaugurée le 28 octobre 1886. Le président Grover Cleveland a officialisé la cérémonie d'inauguration de la statue avec le président du Sénat français, Frédéric Desmond et bien évidemment Bartholdi.

Cette cérémonie marquait également la célébration de la centenaire de l'indépendance de l'Amérique, qui normalement devait être célébrée en 1876. Édouard de Laboulaye n'était pas présent dans l'assemblée puisqu'il est décédé 3 ans avant la date de l'inauguration.

Les travaux de rénovation de la Statue de la Liberté

Statue de la Liberté

Pendant les Batailles de Verdun et de la Somme en 1916, le service d'espionnage allemand a fait sauter le dépôt de munition Black Town installé dans le port de New York et qui abritait près d'un millier de tonnes d'explosifs. Les dommages causés par la déflagration se sont propagés dans un rayon de 40 kilomètres autour du site, incluant la Statue de la Liberté.

Une centaine de rivets se sont détachés du corps de la statue. Le bras et la torche ont été aussi fortement touchés. Le coût des réparations s'élevait alors à 100 000 dollars, une somme astronomique à cette époque.

 La torche originelle de la Statue de la Liberté a été remplacée par un phare, visible dans un rayon de 39 km. Il a été mis en service durant 5 années.

En 1936, les États-Unis ont célébré les 50 ans de la Statue de la Liberté. La cérémonie a eu lieu avec la présence du président Roosevelt qui officiait l'événement. Quelques années avant ce jubilé, plus précisément en 1932, la structure interne du monument a été renforcée pour la première fois.

En 1986, le pays devait célébrer le centenaire de la Statue de la Liberté. Pour se préparer aux festivités, la charpente en fer forgé élevée par les ateliers de Gustave Eiffel a été remplacée par une charpente en acier inoxydable. C'est un matériau qui résiste mieux au climat marin. Un ascenseur a également été installé dans le socle et l'éclairage de la torche a été rénové.

La cérémonie du centenaire de la statue a été officialisée par le président de l'époque : Ronald Reagan. Le président français François Mitterand était également présent. Un feu d'artifice géant a illuminé le Liberty Island après la cérémonie.

Il est important de savoir que l'apparence de la statue n'a pas été choisie au hasard. Sa couronne à 7 pics représentent les 7 mers, les 25 fenêtres de la couronne renvoyaient au nombre des pierres précieuses de la terre tout en rappelant le diadème porté par Helios, dieu grecque du Soleil puis le flambeau qui symbolise le XVIIIe siècle : siècle des Lumières.

Dans son ensemble, la statue est un pur emblème de la liberté. Deux ans avant la célébration de son centenaire, la Statue de la Liberté a été élevée au rang de patrimoine mondial de l'UNESCO, et en 2007 elle était dans la liste des 21 sites retenus pour l'élection des 7 nouvelles merveilles du monde.

Il n'y actuellement aucun commentaire

Laisser un commentaire

Articles pouvant vous intéresser

Salto Ángel

Salto Ángel

Tulum

Tulum

Petite France

Petite France

Cité interdite

Cité interdite

Tour de Pise

Tour de Pise

Ile d'Alcatraz

Ile d'Alcatraz