Amphithéâtre d’El Jem

Amphithéâtre d’El Jem

L'Amphithéâtre d’El Jem en Tunisie est le troisième plus grand amphithéâtre romain du monde après ceux de Rome et de Capoue. Il constitue à lui seul 3000 ans d’Histoire.
C’est l'édifice romain d’Afrique du Nord le plus imposante, car son allure ronde et massive culmine dans une plaine plate et désertique qui la laisse apercevoir à une très longue distance.

Appelé aussi Colisée de Thysdrus, il fait partie des monuments les plus anciens qui sont les mieux conservés, malgré les nombreuses instabilités qu’il a traversé dans le temps. A ce titre il est classé au patrimoine mondial de l'UNESCO en 1979.

L'histoire de l'Amphithéâtre d'El Jem

Amphithéâtre d'El Jem

De nombreuses fouilles archéologiques ont été menées dans la ville d'El Jem. Les recherches ont permis de découvrir de nombreux vestiges du passé. C'est d'ailleurs grâce à des fouilles archéologiques que les experts ont pu trouver que l'actuel Amphithéâtre d'El Jem est le troisième lieu de spectacle à avoir été bâti sur place. C

C'est à partir de 1973 que les ruines du premier amphithéâtre ont été découvertes par Hédi Slim, tandis que les décombres du second ont été trouvés à partir des années 60 par Charles Tissot.

L'Amphithéâtre d'El Jem est le troisième, et il est toujours sur pieds et peut être encore visité aujourd'hui. Sa construction s'effectuait dans les temps du IIIe siècle durant lequel la ville était très prospère grâce au blé et à l'huile d'olive.

Au cours des années, l'édifice a connu de nombreux dommages, mais a aussi fait l'objet de nombreuses réparations. Aujourd'hui, le monument n'est plus comme autrefois, mais reste l'un des plus grands de la Tunisie.

La Tunisie possède aujourd'hui près d'une cinquantaine d'amphithéâtres, mais celui d'El Jem est le plus grand et le mieux conservé. Il est considéré comme le troisième plus grand amphithéâtre au monde après celui de Rome et de Capoue.

Ce lieu a reçu plusieurs spectacles, pendant près de deux siècles : des combats de gladiateurs, des jeux de cirque, des courses de chars, et bien d'autres spectacles.

Les caractéristiques de l'Amphithéâtre d'El Jem

Amphithéâtre d'El Jem

Tous ses murs sont conçus en grès dunaire qui se compose de coquilles et de sable grossier. Contrairement à ses prédécesseurs, il a été érigé sur un terrain plat alors que les deux autres ont été creusés directement sur une colline ce qui explique leur caractère semi-enterré. Cela prouve que la construction de l'amphithéâtre d'El Jem a été colossale.

Il est d'ailleurs, le seul édifice romain à avoir été construit en pierre de taille et le seul édifice de la ville à avoir été construit avec ce matériau. À l'origine, ledit matériau a été de couleur blanche, mais celle-ci a viré à l'ocre au fil des siècles.

En ce qui concerne sa façade, l'Amphithéâtre d'El Jem se composait de 64 arcades réparties sur trois étages. Les murs vont jusqu'à 4, 56 mètres d'épaisseur puisque le matériau de construction est assez fragile. Pour ce qui est des gradins, ils étaient conçus avec de la pierre de la cavea et mesuraient près de 40 cm de haut pour une largeur d'environ 60 cm.

De nos jours, le centre du Colisée est encore en bon état tandis que ses gradins n'ont plus qu'une capacité de 500 personnes. Tous les ans, en été, le Festival de la musique symphonique y a lieu, car l'endroit bénéficie d'une excellente acoustique appréciée des musiciens.

De forme presque elliptique, l'Amphithéâtre d'El Jem mesure 149 m de long sur 124 m de large et 36m de haut. Les gradins, aujourd'hui disparus et partiellement reconstitués, pouvaient accueillir jusqu'à 30.000 spectateurs, ce qui classe cet édifice en 7ème position après ceux de Rome, Capoue, Milan, Autun, Vérone et Carthage.

L'arène, longue de 65m dans son grand axe, est traversée en sous-sol par deux larges galeries par lesquelles arrivaient acteurs, fauves et engins qui pouvaient être cantonnés dans deux séries de huit cellules souterraines.

Longtemps réduit au seul rôle de monument historique, le Colisée d'El Jem est, depuis à peu près deux décennies, utilisé comme espace culturel accueillant, en été, le festival de musique symphonique d'El Jem et d'autres manifestations artistiques.

La construction de l'amphithéâtre d'El Jem

Amphithéâtre d'El Jem

L'Amphithéâtre d'El Jem est constitué de gradins, qui sont généralement divisés en trois parties cloisonnées par des balustrades et desservies chacune par un escalier spécifique. Un podium est destiné aux personnalités importantes. Les spectateurs sont prodigués en fonction de la hiérarchie sociale de la cité.

Le monument dispose aussi d'une technique permettant de recueillir les eaux de pluie, conduites à travers d'un réseau de conduites et déversées, après purification, dans de grandes citernes.

On ne reconnaît pas exactement la date de l'édification de l'amphithéâtre d'el Jem, mais on peut donner une estimation qu'elle avait eu lieu au cours du III ème siècle après Jésus-Christ. Sa construction a été réalisée avec des techniques plus évoluées qu'auparavant. Les architectes n'ont par exemple pas jugé nécessaire d'accouder l'amphithéâtre contre une colline pour créer les gradins.

Aujourd'hui, un demi-million de personnes visitent chaque année l'amphithéâtre d'El Jemqui est le troisième à avoir été construit à cet emplacement. Étant devenu trop petit pour ses visiteurs, le colisée est restitué une première fois pour accueillir 6000 personnes de plus et enfin une nouvelle édifice voit le jour avec la possibilité de recevoir 30 000 spectateurs (soit le nombre d'habitants dans la cité à l'époque!).

Ce troisième amphithéâtre dispose d'une longueur de 15 mètres, une largeur de 122 mètres et une hauteur de 30 mètres. Il possède la forme d'une ellipse. Les murs de l'amphithéâtre d'El Jem ont été construits à partir de gré dunaire, au lieu du calcaire qui n'existait pas dans cette région.

La scène centrale est encore très bien maintenue. Les restaurations ont permis de remettre en état de nouveaux gradins. Le monument a conservé, sans détériorations, la plupart de ses constituants architecturales et architectoniques.

Pourquoi l'amphithéâtre d'El Jem est exceptionnel ?

Amphithéâtre d'El Jem

L'amphithéâtre d'El Jem a été en partie effondré aux XVIIe et XIXe siècles par les beys de Tunis pour arrêter le refuge des tribus rebelles. On dit que la Kahéna, célèbre princesse berbère, y aurait appuyé un siège lors de la conquête arabe, au VIIe siècle.

Le monument est le seul du monde romain à être entièrement construit en pierre de grande taille, sans l'utilisation de briques. L'unité de mesure utilisée à cette époque est la coudée punique, c'est une autre caractéristique locale. L'amphithéâtre d'El Jem a conservé intacts l'ensemble de son arène, ses sous-sols ainsi qu'une grande partie de sa façade et de ses gradins.

Il est entièrement bâti en grès dunaire. Cette pierre à la chaude couleur de sable et peu résistante a donné une construction imposante, des arcades étroites et profondes qui produisent un fascinant jeu d'ombre et de lumière.

Contrairement au Colisée de Rome, qui croise les trois ordres classiques : dorique, ionique et corinthien, le Colisée d'El Jem ne possède que deux styles de colonnes, corinthien et composite. Cette image de simplicité raffine la beauté de la pierre, et confère au monument une concordance qui explique l'admiration des voyageurs et des historiens depuis toujours.

Construit au début du III ème siècle après J.-C., l'amphithéâtre d'El Jem a aussi reçu depuis plusieurs décennies du savoir-faire des ingénieurs et architectes romains. Les architectes ont aménagé ingénieusement des accès et des circulations, qui permettaient l'entrée et l'évacuation rapide de trente mille spectateurs.

Cet accès est plus élaboré que son modèle le Colisée Rome. Ainsi, les nombreuses entrées et escaliers, spécifiques pour chacun des étages, permettaient au public de gagner directement les différents gradins.

Les couloirs de service, vestiaires et cellules des fauves font aussi l'objet des grands progrès dans la création des amphithéâtres. Aménagés depuis le début des travaux sous l'arène, ces endroits facilitaient grandement l'organisation des spectacles. Ainsi, les bêtes sauvages pouvaient être envoyées grâce à des monte-charge directement sur l'arène.

Pour assurer leur sécurité, les serviteurs passaient dans les galeries souterraines recouvertes d'un plancher amovible sans voir les défilés qui ouvraient les jeux et empruntaient les entrées d'honneur situées aux deux extrémités de l'amphithéâtre d'El Jem.

Mesures de protection et de gestion (2009)

Amphithéâtre d'El Jem

Aujourd'hui, l'amphithéâtre d'El Jem est protégé par la Loi 35-1994 correspondante à la protection du patrimoine archéologique, historique et arts traditionnels. Il est aussi soumis à un décret qui limite la hauteur des constructions à 5 mètres, sur un rayon de 300 mètres à partir du centre de l'édifice.

Le Code du patrimoine octroie un droit de regard sur toute intervention constituant le monument (zone sous contrôle). Tandis que le plan d'aménagement de la ville d'El Jem développe différentes zones de servitude autour du monument : des zones archéologiques, des zones sous contrôle et des cônes de vision. L'objectif est de préserver les perspectives urbaines.

La gestion de ce bien est garantie par une unité de projet mixte de conservation, de restauration et de mise en valeur de l'amphithéâtre d'El Jem. Elle est composée de l'Institut National du Patrimoine, sous la direction d'un responsable scientifique et technique, et de l'Agence de Mise en Valeur du Patrimoine et de Promotion culturelle qui est responsable de l'exploitation commerciale du patrimoine culturel et de sa mise en valeur.

Les travaux de rénovation de l'amphithéâtre d'El Jem

Amphithéâtre d'El Jem

L'amphithéâtre d'El Jem est classé sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO. Conscients de cette importance et des actions à mettre en œuvre pour le programme de restauration, l'Institut National du Patrimoine et l'Agence Nationale de Mise en Valeur du Patrimoine et de la Promotion culturelle ont pris la décision de débuter une action d'envergure sur l'Amphithéâtre.

Cependant, le plan d'action d'exécution consiste à mettre hors de danger le bâtiment ainsi que les visiteurs. Les opérations octroyaient une importance particulière à l'analyse de la pierre ancienne, afin de comprendre son évolution et de contrôler le meilleur choix de remplacement qui doit être compatible avec les structures authentiques.

Cette analyse a été réalisée grâce à l'utilisation de l'appareil ultrasons de type « (UPV) E 49 combined Tester for Ultrasonic and rebound ». Cette technique a permis de définir la vitesse de l'expansion de l'onde de surface ultrasonique entre l'émetteur et le récepteur à travers l'échantillon testé. Chaque réalisation a été effectuée par la méthode directe sur les deux faces des échantillons.

Ces résultats ont prouvé que plus la roche est ancienne plus la propagation de l'onde est faible. Cette roche agit donc conditions d'aération et perd de ses caractéristiques en s'altérant. Cette méthode a permis de trouver différents échantillons de pierre, à savoir, les pierres anciennes qui ont été utilisées lors de la construction de l'amphithéâtre d'El Jem et les pierres destinées à la réparation.

Cette étude a montré que , la diminution des caractéristiques mécaniques et physiques des pierres dépendent de leurs anciennetés. Cela explique les dommages et les altérations constatés sur les blocs de pierre.

Par ailleurs, l'effet d'écroulement de la pierre de « Rejiche »( région de Mahdia) est plus important sur les parties exposées aux intempéries. L'importante hauteur de l'amphithéâtre d'El Jem (36 mètres) engendre, en effet, une forte turbulence de l'air qui produit un aspect alvéolé à la pierre. Cet aspect est presque visible sur l'ensemble du monument. Les chercheurs ont observé l'édifice à différentes hauteurs et ont constaté la constance d'alvéoles sur des parements poudreux. Cette découverte affirme que le phénomène se poursuit.

Une importante décision a été prise afin de choisir les pierres de restauration. Il s'agissait d'utiliser une pierre issue de la carrière originelle de Réjiche, qui n'est plus exploitée. L'approvisionnement est désormais assuré par les carrières de Chebba et de Korba.

Les travaux de reconstitution guidés à travers le temps n'ont pas affecté l'essentiel de l'authenticité fonctionnelle et structurelle du bien. Certes, l'authenticité du cadre est toutefois effarée par l'arrivée de nouvelles constructions aux abords de l'amphithéâtre d'El Jem.

Il n'y actuellement aucun commentaire

Laisser un commentaire

Articles pouvant vous intéresser

Salto Ángel

Salto Ángel

Lac Tana

Lac Tana

Petite France

Petite France

Cité interdite

Cité interdite

Tour de Pise

Tour de Pise

Lalibela

Lalibela