Acropole d'Athènes

L'Acropole d'Athènes est un plateau rocheux calcaire situé à 156 m d'altitude, surplombant la ville d'Athènes. Elle a été utilisée tour à tour comme comme sanctuaire religieux pendant l'Antiquité puis comme citadelle pendant la période de l'Athènes antique jusqu'à l'occupation ottomane.

L'Acropole d'Athènes accueille quelques-uns des monuments des plus importants de la civilisation antique en Grèce comme le Parthénon ou encore le temple d'Athéna Nikê. Ces derniers ont été inscrits au patrimoine mondial de l'UNESCO en 1987.

Description de l'Acropole d'Athènes

Acropole d'Athènes Parthénon

La plupart des cités grecques étaient configurées de la même manière : une ville haute puis une ville basse. Cette dernière était consacrée aux habitations ainsi qu'aux différentes activités commerciales et civiles des habitants.

La partie haute, appelée acropole, était dédiée à la défense et faisait également office de site de culte pour les divinités protectrices de la cité. L'acropole de la ville d'Athènes se distinguait de toutes les acropoles des autres cités par sa magnificence, d'autant plus qu'elle était située à une centaine de mètres au-dessus de la ville basse.

Le sommet plat du site faisait 85 m du nord au sud puis 270 m d'est en ouest. Au Ve siècle, l'Acropole d'Athènes a été élargie de 150 m de tous les côtés. Au total, elle s'étend sur 23 000m² de surface.

Pour accéder au site, il fallait emprunter une pente escarpée située sur le côté ouest. Son entrée est marquée par les Propylées. C'est du côté est de la fortification que les guerriers perses se sont introduits. Les Athéniens, jugeant que les pentes étaient trop abruptes, n'ont pas surveillé l'entrée.

Il faut savoir que de nombreux mythes grecs tournent autour de l'Acropole d'Athènes. L'un de ces mythes raconte que l'Acropole était la scène d'affrontement entre la déesse Athéna et le dieu Poséidon pour savoir lequel contrôlera l'Attique. Si ce dernier transperça la terre d'un coup de trident pour en faire jaillir une source d'eau salée, Athéna a offert un olivier et elle emporta l'Attique.

Un autre mythe raconte également qu'Erichthonios était né d'une tentative de viol de la déesse Athéna par Héphaïstos. Le sperme de celui atterrit sur les cuisses d'Athéna et elle s'en débarrassa en le jetant sur la terre Gaia. Cette dernière ayant été fécondée donna naissance à Erichthonios, mais c'est Athéna qui s'est occupée de lui. Un jour, la déesse confia le bébé aux 3 filles de Cécrops. Mais lorsqu'elles ont ouvert la corbeille dans lequel Athéna a entreposé le bébé, elles étaient effrayées par les serpents qui s'y trouvaient. Prises de panique, elles se sont jetées du haut de l'Acropole d'Athènes et en trouvèrent la mort. Athéna aurait par la suite élevé Erichthonios dans un sanctuaire du site qui lui était dédié.

L'Acropole d'Athènes pendant la guerre opposant les Athéniens aux Perses

Acropole d'Athènes

En 500 av. J.-C., les Perses se sont opposés aux Athéniens à travers la célèbre bataille de Marathon. Une autre confrontation a eu lieu pendant la bataille navale de Salamine en 480 av. J.-C.. Les guerriers perses ont alors détruit la ville d'Athènes, y compris l'acropole fortifiée qui surplombait la ville basse.

L'Acropole d'Athènes servait à cette époque de refuge à la population au cas où la ville serait prise d'assaut par les ennemis. Elle abritait également la résidence du roi. L'acropole accueillait aussi un temple dédié à Athéna, la divinité protectrice de la ville. Les Athéniens avaient même l'habitude d'organiser des Panathénées, c'est-à-dire des processions de pèlerins vouées au culte de la déesse au temple. La cité d'Athènes se trouvait alors au pied de l'Acropole.

Lors de l'attaque de l'Empire perse dirigée par le roi Xercès, les murs de type cyclopéen de l'Acropole d'Athènes, le temple d'Athéna, les Korês puis les statues du palais ont été entièrement détruits. La priorité des Athéniens fut alors de remettre sur pied les fortifications ainsi que le temple. En même temps, la confrontation avec les Perses continuait.

Ce qu'il faut savoir, c'est que l'Empire perse ne s'en prenait pas uniquement à Athènes, mais également aux autres cités grecques. Grâce à la stratégie mise en place par la ligue de Délos, la ville d'Athènes est devenue très puissante en proposant aux autres cités sa protection contre un tribut. C'est de cette façon qu'Athènes a réussi à s'enrichir et qu'elle a atteint son apogée au Ve siècle av.J-C..

Les Athéniens ont donc eu les moyens de reconstruire et d'agrandir le temple d'Athéna. Pour embellir le temple, ils ont orné les frontons du temple avec du marbre. Comme la ville d'Athènes est sortie vainqueur de la guerre avec la Perse qui a duré plus de 50 ans, elle a dédié sa victoire à la déesse Athéna en érigeant un petit temple : le temple d'Athéna Nikê, jouxtant l'entrée de l'Acropole d'Athènes.

L'Acropole d'Athènes réaménagé par Périclès

Acropole d'Athènes odéon

La victoire d'Athènes, marquée par la signature de la paix de Kallias puis la paix de Trente ans, était l'occasion pour de se surpasser dans d'autres domaines comme l'architecture, l'art, la culture et la philosophie.

Périclès, un personnage politique très influent à Athènes et dans toute la Grèce a décidé de réaménager l'Acropole d'Athènes. Son projet a été financé par le tribut annuel que les autres citées grecques devaient à Athènes contre leur protection.

Phidias, le maître d'œuvre du chantier, a engagé des maçons, des architectes, des sculpteurs puis des peintres pour prendre en main les travaux. Les travaux de réaménagement de l'Acropole d'Athènes proposés par Périclès ont donc débuté en 450 av.J-C..

Malgré la guerre du Péloponnèse entre 431-404 av. J.-C., les travaux n'ont jamais été suspendus même s'ils ont été ralentis. C'est sous Périclès que le Parthénon, le temple d'Héphaïstos, l'Odéon et les nouveaux Propylées ont été érigés. Ces monuments symbolisent le triomphe d'Athènes.

Quels sont les monuments de l'Acropole d'Athènes ?

Le Parthénon

Acropole d'Athènes Parthénon

Il est important de savoir que l'Acropole d'Athènes accueillait de nombreux monuments, dont le Parthénon qui était l'un des plus importants. Il s'agit d'un temple en marbre Pentélique, dédié à la déesse Athéna et construit entre 447 à 432 av.J-C. Le Parthénon abritait une gigantesque statue de la déesse Athéna faite en or et en ivoire réalisée par le célèbre sculpteur Phidias. La statue a été pillée au cours des assauts dont ont été victime Athènes et son Acropole.

Les Propylées

Acropole d'Athènes Les Propylées

Les Propylées faisaient également partie des monuments du site. Ils ont été construits en marbre pentélique et formaient l'entrée de l'Acropole.

Le temple d'Athéna Nikê

Acropole d'Athènes le temple d'Athéna Nikê

Le temple d'Athéna Nikê jouxte les Propylées. Cet édifice de style ionique abritait une statue dédiée au culte de la déesse, mais cette dernière a également disparu.

L'Eréchthéion

Acropole d'Athènes l'Eréchthéion

L'Eréchthéion était le bâtiment cultuel le plus important de l'Acropole d'Athènes. Il s'agit d'un assemblage de plusieurs sanctuaires, mais qui reflète une unicité architecturale avec l'élégance de ses portiques et la finesse de ses décorations.

Le portique des Caryatides

Acropole d'Athènes le portique des Caryatides

Il y avait aussi le portique des Caryatides qui constitue l'une des œuvres les plus importantes de l'art hellénique. Il représente 6 statues de jeunes filles vêtues de tuniques ioniennes et en position bien droite qui portaient un chapiteau circulaire en guise de coiffure.

L'Odéon

Acropole d'Athènes odéon

L'Acropole d'Athènes comporte aussi un théâtre de style romain pouvant accueillir 5000 spectateurs : l'Odéon d'Hérode Atticus. Sa construction a été ordonnée par un grec très riche venant de Rome pour honorer de sa femme Regilla, décédée en 162.

Le théâtre de Dionysos

Acropole d'Athènes théatre de Dionysos

Le plus grand théâtre du site était sans doute le théâtre de Dionysos, construit pendant la période de la Grèce antique. Il est considéré comme le précurseur du théâtre grec antique et des tragédies classiques comme celles de Sophocle et d'Euripide. Il pouvait accueillir 17 000 spectateurs.

Le déclin de l'Acropole d'Athènes

Acropole d'Athènes

Comme évoqué auparavant, il fut un temps où la ville d'Athènes est entrée en conflit avec l'Empire perse. Cette dernière s'est également prise aux autres cités grecques. Athènes propose alors leur protection aux autres villes contre un tribut annuel. Comme la ville s'est enrichie grâce à cette stratégie, la situation n'a pas plu aux autres cités grecques, principalement Sparte.

C'est ainsi que la guerre du Péloponnèse a éclaté, opposant les Athéniens aux Spartiates. En 404 av.J-C, les guerriers spartiates ont réussi à repousser les Athéniens. Malgré cette défaite, la cité a su se relever. Toutefois, aucun autre monument prévu dans le projet de réaménagement de Périclès n'a été construit. Il est à noter que Périclès a perdu la vie avec de nombreux Athéniens au cours d'une épidémie de peste en 429 av. J.-C..

Lorsque la ville est tombée tour à tour entre les mains d'Alexandre le Grand et de l'Empire romain, l'Acropole d'Athènes a commencé par perdre ses précieux trésors à cause des pillages, dont ses statues. L'évasion de la ville par les Hérules en 267 av.J-C marque également la fin de l'âge d'or d'Athènes et du destin prospère de l'Acropole.

Au XIXe siècle, Thomas Bruce Elgin, un Lord d'origine écossaise, a projeté de piller le Parthénon. Il a donc concrétisé son projet avec l'autorisation du pouvoir turc. Le Lord a donc enlevé les métopes du monument pour les envoyer en Angleterre. Il s'agit des plaques à reliefs qui représentaient les scènes de la mythologie grecque. Aujourd'hui, ces métopes sont exposées au British Museum.

L'utilisation de l'Acropole d'Athènes au fil des siècles

Acropole d'Athènes odéon

Au IVe siècle ap.J-C, lorsque l'empereur romain Théodore Ier a interdit le culte des dieux païens, le Parthénon a été reconverti en église dédiée au culte de Vierge Marie et de son fils. Les statues qui n'ont pas été pillées par les Romains ont été acheminées vers Constantinople, capitale de l'Empire romain de l'Est.

Pendant le Moyen-âge et sous l'époque ottomane, l'Acropole d'Athènes a été principalement utilisée comme forteresse. Les bâtiments qui la constituaient étaient détruits à cause des diverses transformations répondant à une utilisation spécifique. Par exemple, lorsque l'Empire ottoman a pris d'assaut Constantinople au XVe siècle, le sultan Mehmet II est tombé sous le charme de l'Acropole.

Il y a vu un intérêt militaire, notamment à cause des fortifications. Aussi, il a installé une garnison au cœur de l'Acropole d'Athènes. Il a également transformé le Parthénon, qui était déjà converti en église, en mosquée. Un harem a également été érigé près de l'ancien temple Erechthrum.

Malgré cette importante transformation, l'Acropole d'Athènes continuait de se dresser fièrement du haut de sa colline. Cependant, les Vénitiens ont assiégé la ville d'Athènes en 1687. D'un côté, il y a eu les Turcs qui ont entreposé leur réserve de poudre à canon dans le Parthénon en pensant que les troupes vénitiennes qui étaient chrétiennes n'oseront pas contre-attaquer étant donné que le Parthénon abritait un édifice religieux. Ce fut une erreur fondamentale étant donné que le général vénitien Otto Wilhelm Königsmarck a fait bombarder l'Acropole.

Le toit du Pathernon s'est alors effondré à cause de la poudre à canon qui y était stockée, la partie centrale a été détruite ainsi que de nombreuses statues. Les Vénitiens se sont donc emparés d'Athènes deux jours après l'explosion. Ils ont démonté le temple d'Athéna Nikê pour fortifier les défenses de l'Acropole.

Quelques mois plus tard, ils ont quitté la ville parce que les travaux de restauration de la ville sont trop coûteux. Avant de partir, le doge Morosini a pris quelques pièces sculptées du temple pour les ramener à Venise.

La restauration de l'Acropole d'Athènes

Acropole d'Athènes

Lorsque le royaume grec a obtenu l'indépendance au XIXe siècle, les Grecs ont commencé à restaurer les monuments de l'Acropole. Les travaux se poursuivent jusqu'au XXIe siècle. Malgré l'avancée de la technologie, les travaux de restauration de l'Acropole d'Athènes, notamment ceux du Parthénon ont duré plus d'une trentaine d'années.

En effet, les archéologues ont dû rassembler des milliers de fragments de pierre éparpillés sur le sol de l'Acropole. Il s'agissait de plus de 100 000 pièces que les restaurateurs devaient rassembler. Ces derniers faisaient également face à un autre problème important : le Parthénon a déjà été restauré au début du XXe siècle et les restaurateurs de l'époque ont utilisé des crampons de fer pour assembler les fragments.

Non seulement les blocs ont été mal assemblés, mais le fer a altéré le marbre. Avant d'entamer les travaux de restauration du site, les restaurateurs actuels ont dû réparer les dégâts. Il faut également savoir que certaines pièces manquantes sont restées introuvables sur le site. Elles ont donc été remplacées par du marbre. Les monuments du site ont été inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO en 1987 et l'Acropole d'Athènes a été retenue pour l'élection des 7 nouvelles merveilles du monde 20 ans plus tard en 2007.

Il n'y actuellement aucun commentaire

Laisser un commentaire

Articles pouvant vous intéresser

Salto Ángel

Salto Ángel

Manneken-Pis

Manneken-Pis

Arc de Triomphe

Arc de Triomphe

Pompéi

Pompéi

test

Dune du Pilat